Le pédiluve à chevaux de la Gendarmerie

 
___________________________________________________________________
 
Programme d’origine : « baignoire à chevaux » de la Gendarmerie
Adresse : place Aristide Briand
Propriétaire : Conseil Général
Occupant actuel : gendarmes (logement et locaux de travail)
Situation : Zone UA du P.L.U. Nantes Métropole, dans un périmètre de 500 m d’un Monument Historique (théâtre Graslin)
Protection particulière : ensemble de la Gendarmerie protégé au titre du P.L.U. (liste du patrimoine nantais)
 
______________________________________________________________________________________
 

La Gendarmerie, place Aristide Briand, anciennement place Lafayette, a été élevée entre 1862 et 1864 par l’architecte Joseph Fleury Chenantais. De cette époque datent les « deux bassins formant baignoire » (AD 4N87) pour chevaux, inclus dans une maçonnerie en hémicycle, qui épouse la forme de la façade intérieure du bâtiment. Le plus grand bassin, « la baignoire à chevaux » proprement dite, se composait d’un sol probablement pavé et à plan incliné, destiné aux soins sanitaires des animaux. L’autre bassin, de dimensions plus modestes, constituait l’abreuvoir. N’oublions pas qu’au XIXe siècle, la gendarmerie était alors à cheval. Cette « baignoire à chevaux », que l’on désigne de nos jours sous le terme de pédiluve, est comblée et recouverte d’un tapis végétal.

En août 2011, les gendarmes, locataires depuis les origines de la construction, quittent les lieux. En effet, le propriétaire, Le Conseil Général, a mis en  vente la caserne, qui devraient accueillir par la suite, un ensemble commercial et résidentiel. Le site n’étant pas protégé au titre des Monuments Historiques, on peut redouter la disparition de cet ensemble architectural rare et remarquable par son décor de têtes de lion. Aussi, il serait très souhaitable de la classer afin de le conserver in situ.

Cette « baignoire à chevaux » nantaise semble être le seul exemple militaire français répertorié avec celui de la caserne de la Garde Républicaine, dans le quartier Célestin, à Paris.

Des travaux doivent être effectués en janvier 2013.

Texte : Catherine OLART, février 2011 – Photo : Catherine OLART

 
 
 

.