Le passage de la Poule Noire

 

________________________________________________________________________
 
Programme d’origine :
Adresse : Le passage de la Poule Noire joint la rue des Olivettes (à hauteur du N°18).
Propriétaire : Particuliers en copropriété
Occupant actuel : Privé
Situation : Hors Secteur Sauvegardé
Protection particulière :
 
________________________________________________________________________
 

Le passage de la Poule Noire joint la rue des Olivettes (à hauteur du n°18) et la rue Sanlecque. Une réflexion est en cours pour la restauration des bâtiments et le devenir de la voie dont le pavage est assez exceptionnel. Le cabinet d’architectes responsable des travaux a interrogé l’agence Phytolab pour ce projet. Cette entreprise réalise des aménagements paysagers et des études environnementales, souvent en milieu urbain. Elle est intervenue sur plusieurs chantiers du quartier de la Madeleine, notamment pour la réfection de la cour Massé, toute proche du passage de la Poule Noire. Selon l’agence Phytolab, la réfection du passage lui-même est liée au bâti.

Si le passage reste privé, les copropriétaires devront se charger des travaux. Et donc s’accorder entre eux sur le projet. Cependant, puisque la voie est soumise à une servitude de passage public, Nantes Aménagement aura forcément un rôle de contrôle sur les travaux, et une enquête publique sera menée.

Si le passage devient public, Nantes Aménagement sera maître d’ouvrage. Phytolab a donc esquissé un projet dont l’intention est de conserver la typologie du passage (certains éléments ont une valeur patrimoniale) et ses pavés. Pour la circulation des piétons, des poussettes et des fauteuils roulants, il propose deux bandes de béton latérales, le long des façades afin de préserver l’essentiel du pavage. C’est le souhait de Nantes Aménagement et du cabinet d’architectes. Est-ce aussi le souhait des propriétaires ?

La norme « personnes à mobilité réduite » impose des règles de circulation pour les fauteuils roulants : une bande d’au moins 1,40 mètre de large est nécessaire au départ des murs du bâti, même si elle peut être réduite par endroit (implantation des lampadaires). Sachant qu’elle peut aller jusqu’à 1,80 de large, souhaitons que ces deux voies ne soient pas trop envahissantes et qu’elles ne réduisent pas le pavage qui donne au passage tout son caractère.

La tranchée qu’il faudra creuser pour le passage des câbles (éclairage) et des fluides imposera de démonter, sur toute la longueur de la voie, une bande de pavés qui, évidemment, devront être remis en place. Ces cubes, dalles, polygones irréguliers, à l’emboîtement aléatoire forment un puzzle minéral dont la patine raconte ce qui se passe ici depuis 150 ans. Une sacrée tranche de vie, humaine et laborieuse !
Quant aux anciennes écuries (des diligences Nantes-Clisson en 1843, puis de la Compagnie Générale des Omnibus de Nantes, créée ici en 1857), souhaitons qu’elles seront judicieusement mises en valeur. Car elles sont les derniers témoins de l’ère des omnibus à chevaux qui empruntaient la ligne des ponts toute proche, préfiguration des transports urbains modernes de Nantes.

Texte : Dominique Malicet, Gildas Salaün,

photo : Dominique Malicet – avril 2013