L’ancien couvent de la Visitation, devenue Caserne

 
 
___________________________________________________________________
 
Programme d’origine : couvent féminin des Visitandines – construction achevée en 1679
Adresse : 106 & 108, rue Gambetta
Propriétaire :  (en vente) S.C.I. Les Jardins de l’Arcadie – Nantes Gambetta
Occupant actuel : Armée – « Cercle mixte de garnison de Nantes », caserne aujourd’hui désaffectée
Situation :  zone UA – dans le périmètre des abords d’un MH (Cathédrale de Nantes)
Protection particulière : ensemble protégé au titre du P.L.U. (liste du patrimoine nantais) – Portes d’entrée et cloître inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 21 décembre 1925
 
___________________________________________________________________
 

La vente par l’Etat de ses biens immobiliers concerne entre autre la caserne de la Visitation rue Gambetta, devenue depuis septembre 1978 « Le cercle mixte de garnison de Nantes ».

Le bâtiment retient particulièrement notre attention en raison de son histoire et des éléments architecturaux qu’il renferme encore. Cet ancien couvent des Visitandines dont la construction s’est achevée en 1679, est inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques pour certains de ses éléments architecturaux. En outre la cour du cloître abrite un arbre, qui est protégé en espace boisé classé.

Comme bien des couvents, celui de la Visitation a connu depuis la Révolution des affectations multiples et variées, « passant pendant un siècle alternativement sous contrôle de l’Etat et sous contrôle de la ville »[1]. L’ouverture de la rue Gambetta au tout début des années 1880 condamne une partie des bâtiments situés au sud. Elle conduit quelques années plus tard à une « restructuration de l’ensemble » laissant alors libre à la vue le cloître derrière une grille et une bande de terrain gazonné. En 1912, l’Etat remet à la Ville le château des Ducs de Bretagne. En échange, la Ville se défait de tous les bâtiments de la caserne de la Visitation au profit de l’Etat.

Le dernier épisode de l’histoire du couvent se joue actuellement. En effet, une société nantaise, aménageur foncier et promoteur envisage de le transformer en une « Résidence services pour seniors». Si cette société était définitivement retenue, peut-on être certain, que la propriété ne souffrira pas trop des nouveaux aménagements ?